logo anne sophie charpentier reconnection au soi thérapeute holistique savoie thérapie holistique aussois

Gynécologue-obstétricienne
Thérapeute holistique et manuelle intégrative

Faire le tour de soi-même pour pouvoir guider l’autre à faire de même.

Mon parcours dans la santé démarre par la voie conventionnelle. Il y a plus de 20 ans, je commence des études de médecine à Paris et, lorsque je vois pour la 1ère fois une femme mettre au monde son enfant, comme une évidence, je me spécialise en gynécologie-obstétrique.

Dans les services hospitaliers entre Paris, les Alpes, la Réunion, je côtoie de multiples cultures, où j’apprends puis applique avec rigueur les protocoles cartésiens que l’on m’a enseignés à l’Université. 11 ans d’études, il y a de la matière.

Rapidement, en salle de naissance, en consultation, je me rends compte de la puissance du corps des femmes, siège d’un élan vital qui va au-delà des protocoles, de quelque chose d’impalpable et pour moi encore mystérieux.

sUne pause s’impose pour y voir plus clair. Je me confine volontairement en Nouvelle-Zélande un an avec un compagnon de voyage fraîchement diplômé de médecine traditionnelle chinoise (MTC)… Loin de l’agitation du monde, je dévore les livres de MTC et d’ostéopathie à ma disposition. Je découvre et ressens dans mon corps la circulation du Chi selon des méridiens, sa reliance aux 5 éléments et un principe fondateur en MTC, selon lequel tout thérapeute doit pouvoir s’autotraiter. C’est aussi à cette période introspective que la méditation entre dans mon quotidien, guidée par les écrits d’Arnaud Desjardins.

De retour en France, j’en sais désormais beaucoup trop pour reprendre mon activité comme si de rien n’était, en réduisant l’état de santé au prisme de la médecine occidentale. Mais j’ai conscience qu’il me faut encore aller plus loin, il me reste trop de questions sans réponse, de zones mystérieuses devant tant de thérapies ancestrales ou émergentes.

Alors, une par une, méthodiquement, j’étudie, expérimente et intègre leurs référentiels :

        • la biodynamique psychocorporelle qui relie le corps, la psyché et le mouvement ; elle utilise le toucher et la danse comme outils thérapeutiques. Elle peut induire des régressions, des états de conscience modifiés ou de transes, et dévoiler la présence de mémoires, de boucles émotionnelles dans les muscles.
        • les thérapies où le psychisme de l’un va rencontrer le psychisme de l’autre pour qu’il aille mieux, en prenant en compte les déséquilibres relationnels féminin / masculin, inter ou transgénérationnels, les carences affectives sur le développement neurophysiologique, la plasticité de programmation du cerveau, son fonctionnement en arborescence et la place de l’hypersensorialité.
        • le décodage biologique, qui décrit le corps comme un langage, de sa globalité jusqu’au niveau cellulaire.
        • les thérapies “énergétiques” qui vont – ou non – au-delà de la dualité des énergies positives et négatives.
        • l’influence sur nos programmes cérébraux de l’hypnose et l’auto-hypnose, de l’EMDR et l’auto-EMDR.
        • la communication non violente (CNV), qui facilite l’accueil de l’autre tel qu’il est.
        • et aussi l’apport de l’art, du yoga, des expériences extrêmes, des vibrations physiques, sonores ou lumineuses…

Cette vision globale de l’humain aussi bien dans les sphères physique, transgénérationnelle, émotionnelle, projectionnelle, existentielle… met à notre disposition des concepts et outils qui visiblement ont toute leur part de succès, mais dont certains semblent plus efficaces et rapides que d’autres.

Je fais alors une rencontre décisive avec le Pr El Amrani-Joutey, être éveillé au cursus similaire de médecin et chercheur, qui amène à expérimenter de façon simple, non dogmatique, les différents états de conscience physiologiques humains. Son enseignement repose sur la physiologie et la transcendance, corrélées aux avancées de la physique quantique, de l’astrophysique et des neurosciences.

Grâce à son enseignement, je comprends que les thérapies ou différents protocoles ne sont que des outils au service et en lien avec l’état de conscience du thérapeute. Bon, cela ouvre le champ des possibles, et nécessite un temps d’intégration dans le calme. Une nouvelle fois.

Je m’offre une pause au Népal où je me nourris de l’immensité des éléments, m’inspire de la richesse d’un peuple qui sait vivre dans une sobriété heureuse. Puis le calme est troublé par une variable imprévue qui me secoue dans l’instant présent : en avril 2015, la région est éprouvée par un séisme de magnitude 7,8. Rester sur place ou être rapatriée, mon choix est vite fait ! C’est le moment d’une expérience humanitaire incroyable … L’adaptabilité, la reliance à l’essentiel avec les ressources disponibles prennent en pratique tout leur sens. J’accompagne, soulage, soigne, sans spéculum, bistouri ou médicament, ni même souvent le langage.

Désormais, accompagner le désir d’un enfant jusqu’à l’accomplissement d’une mère, de parents, s’inscrit dans un espace plus vaste, alliant technicité scientifique et Conscience. Il est temps d’ouvrir les yeux. Les femmes accèdent très facilement à des états de conscience non ordinaires pendant la grossesse et particulièrement au moment de la naissance. Et physiologiquement tout être humain peut traverser des états régressifs, étapes nécessaires à l’exploration des caves, des zones d’ombres, et qui permettent l’expression pleine de l’être libéré, dans l’état de grâce, extatique, d’amour inconditionnel.

Parallèlement, pour prendre soin de la fécondité et de la sexualité, l’apport de la conscience ouvre un espace pour appréhender les difficultés rencontrées. C’est ce que l’on appelle Tantra dans la tradition, lien entre la sexualité et la spiritualité, favorisant l’expression totale des êtres dans le couple alchimique.

Voyager dans ces états de conscience permet d’activer notre potentiel d’autoguérison et d’aborder la santé comme un état mouvant de gestion des déséquilibres. On est loin de la peur des sciences occultes ou ésotériques, mais bien plutôt dans une science ouverte, évolutive.

Depuis longtemps, de nombreuses recherches en neurosciences explorent tous ces domaines et aujourd’hui les découvertes exponentielles sont porteuses d’un immense espoir pour l’avenir de notre Humanité. Et c’est une très grande joie de prendre part à cela !

Anne-Sophie Charpentier